• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 24 mars 2012

Archives pour 24 mars, 2012

Vivre Musique.

Un soir du mois de mai, entre onze heures et minuit, la société était réunie dans le grand salon. […] Liszt jouait un Nocturne de Chopin et, selon son habitude, le brodait à sa manière, y mêlant des trilles, des trémolos, des points d’orgue qui ne s’y trouvaient pas. À plusieurs reprises, Chopin avait donné des signes d’impatience ; enfin, n’y tenant plus, il s’approcha du piano et dit à Liszt avec son flegme anglais :

Je t’en prie, mon cher, si tu me fais l’honneur de jouer un morceau de moi, joue ce qui est écrit ou bien joue autre chose : il n’y a que Chopin qui ait le droit de changer Chopin.Eh bien, joue toi-même ! dit Liszt, en se levant un peu piqué. – Volontiers, dit Chopin.

À ce moment, la lampe fut éteinte par un phalène étourdi qui était venu s’y brûler les ailes. On voulait la rallumer.

Non ! s’écria Chopin ; au contraire, éteignez toutes les bougies ; le clair de lune me suffit.

Alors il joua… il joua une heure entière. Vous dire comment, c’est ce que nous ne voulons pas essayer. […] L’auditoire, dans une muette extase, osait à peine respirer, et lorsque l’enchantement finit, tous les yeux étaient baignés de larmes, surtout ceux de Liszt. Il serra Chopin dans ses bras en s’écriant :

Ah ! mon ami, tu avais raison! Les œuvres d’un génie comme le tien sont sacrées ; c’est une profanation d’y toucher. Tu es un vrai poète et je ne suis qu’un saltimbanque.

Vivre Musique. dans I must confess. main-Chopin-300x151

Moulure de la main gauche de Frédéric Chopin sur son lit de mort

  _

J’ai comme l’impression de ne pas être née à la bonne époque… pas le bon univers. Je veux vivre de musique. J’aurais voulu vivre musique. Il n’est jamais trop tard, et pourtant…

Mon père ayant été musicien, il aurait pu me conduire dans cette voie bien plus tôt… Je lui en veux de ne pas avoir su, de n’avoir pas compris que mon désir de faire de la musique était bien plus qu’une lubie d’enfant. Aujourd’hui, je m’accroche, je me débrouille, seule… Rêvant de grands orchestres que je ne ferai jamais qu’admirer.

Aujourd’hui, je ne dirais pas que j’ai renoncé. « Changer ses désirs plutôt que l’ordre du monde », c’est exactement ça. Pour arrêter d’espérer l’impossible, d’être déçue, il a fallu accepter, se fixer d’autres buts… Eux, accessibles.

 



Le Zip-Zap de Chris |
lescabaretsdeparis |
Coeur-de-pierre le pirate s... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | chrislf
| futilemaisprecieuse
| Les activités de Maître Renard