1849

« Comme cette terre m’étouffera, je vous conjure de faire ouvrir mon corps pour que je ne sois pas enterré vif. »

 

1849 dans Musique Chopin-masque-mortuaire

 

« Aurait-on pu trouver d’autres accents pour exprimer avec le même navrement quels sentiments et quelles larmes devaient accompagner à son dernier repos celui qui avait compris d’une manière si sublime comment on pleurait les grandes pertes! » Franz Liszt, Chopin.

 

Image de prévisualisation YouTube

1 commentaire à “1849”


  1. 0 quidelombre 18 juil 2012 à 13 h 29 min

    C’est sa fête aujourd’hui!
    Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur.

    Dernière publication sur Quid de l'ombre : Mariés pendant 6 heures !

Laisser un commentaire



Le Zip-Zap de Chris |
lescabaretsdeparis |
Coeur-de-pierre le pirate s... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | chrislf
| futilemaisprecieuse
| Les activités de Maître Renard